Activités & Sorties 2013

Sortie en vélo à la découverte des parcs de Colmar - dimanche 8 septembre 2013

Le rendez-vous était fixé au Champ de Mars où une trentaine de personnes se retrouvairent avec leur vélo devant le kiosque à musique.

 

Mick était accompagné de M. Jean-Louis Venner, et tous les deux, anciens du service des espaces verts de la Ville de Colmar, nous ont promenés dans les parcs du Champ de Mars, du Château d'eau puis de St François-Xavier.

Dans ce patrimoine arboricole de la ville, les Amis de la Nature ont appris à identifier les différents arbres par leur port ou écorce, leurs feuilles ou fruits.

La promenade a donc commencé au Champ de Mars, au sud-ouest de la vieille ville, où, au milieu du XVIII° siècle fut aménagé une promenade publique. Des peupliers furent plantés.

En 1793,cette allée était bordée par un terrain d'exercices militaires, placé par la municipalité révolutionnaire sous l'invocation du dieu romain de la guerre : le Champ de Mars était né.

Fin août 1856, c'est l'inauguration du monument du général Rapp (oeuvre de Bartholdi) ; Rapp était aussi enfant de Colmar et fut aide de camp de Bonaparte.

Autour de ce monument placé au nord du Champ de mars définitivement converti en promenade publique, est dégagé un grand espace dénommé "place Rapp" qui servira désormais aux revues militaires et diverses manifestations.

Des bancs sont alors installés le long de la promenade et les peupliers remplacés par des tilleuls.

En 1864 est inauguré un second monument dédié à l'amiral Bruat, autre colmarien célèbre (gouverneur aux îles Marquises, à Tahiti et en Martinique). Cette oeuvre occupe le milieu de la grande allée traversant le parc du nord au sud et est due également à Bartholdi : elle se compose d'une fontaine de pierre surmontée de la statue de l'amiral.


Dans ce grand parc qui compte environ 280 arbres, surtout des tilleuls, Mick nous en fait découvrir quelques uns parmi les 27 espèces répertoriées : bouleau verruqueux, catalpa, cèdre, charme, érable, frêne, hêtre, savonnier, ginkgo, dont les pieds femelles font alors tomber des fruits nauséabonds dont on peut cependant faire griller l'amende.

En passant près des grands ifs ou taxus (jardin anglais en face la sécurité sociale), Mick explique que ces conifères sont connus depuis des siècles.

Depuis la plus haute antiquité, son bois servait à la fabrication d'armes. L'ingestion des feuilles est mortelle pour le bétail. Par contre, précise M.Venner, pour ces taxus, la ville a été sollicité par une société spécialisée dans les matières premières à usage pharmaceutique afin de récupérer les déchets issus de la taille. En effet, les américains ont trouvé que l'extrait prélevé de l'écorce des ifs possédait un produit, le taxol, à forte activité cytotoxique (tueur de cellules, donc moyen de lutte contre les cancers).

En 1981,les français ont découvert à leur tour, que dans les feuilles fraîches, se trouvait une concentration 5 à 10 fois supérieure que dans les écorces : ce taxotère est actif sur les tumeurs, particulièrement de l'ovaire.

Nous passons voir aussi en face l'école de musique, un Maclura, arbre unique à Colmar, dont la particularité est de faire de gros fruits ridés vert pâle que la ville vient cueillir avant qu'ils n'assomment les passants ou endommagent les voitures garées à proximité. Le fruit sert en décoration.


Reprenant nos vélos, nous arrivons au parc du Château d'eau, à quelques centaines de mètres et jouxtant la Cour d'Appel.

Le Château d'eau est l'un des monuments les plus populaires de Colmar qui a donné son nom au quartier et parc environnants.

Construit de 1884 à 1886 sur le point le plus élevé de  la ville. Sa mise en service fut le début de la distribution de l'eau à Colmar et ce, jusqu'en 1932. Sa forme sphérique offre avec un minimum de surface, un maximum de volume : 12m de diamètre, 53m de hauteur pour 1200m3 d'eau.

Près du monument, une roseraie a été aménagée .

Dans le parc, on peut observer environ 61 espèces d'arbres, d'une grande richesse botanique.

Quelques noms pour remise en mémoire : hêtre tricolore, gros noisetier de Bizance, ginkgo séquoia géant, metaséquoia, paulownia, sophora, alisier, arbre de Judée, bouleau, cèdre de l'Atlas....

 

Puis nous avons repris les vélos pour nous rendre au parc St François-Xavier que la plupart des participants ne connaissaient pas.

Havre de paix au milieu de la ville, le jardin est habité d'arbres aux essences rares.

En 1926,les Jésuites ont acheté cette propriété sise route de Bâle et achevé la construction du centre St François-Xavier et la plantation des allées.

En Décembre 1995, la ville rachète le centre et restant propriétaire du parc, elle cède une partie de la propriété à l'institution St Jean. Oasis de fraîcheur dans un cadre de verdure étonnant, le parc est ouvert tous les jours : on peut y lire dans le calme, se promener au milieu d'arbres et arbustes magnifiques ; il y a un petit coin jeux pour les enfants à proximité d'un hêtre pleureur, le plus ancien, de plus de 2 siècles.

Quelques autres arbres remarquables :

-le plus vieux : véritable fossile vivant, le ginkgo biloba (apparu il y a 300 millions d'années). Ses feuilles caduques prennent une jolie couleur d'or à l'automne ;

-le plus étrange : le cyprès chauve ou taxodium. Il se reconnaît à son écorce brun-rouge, rude et profondément fissurée, et surtout à ses pneumatophores, ces excroissances noueuses qui permettent aux racines de respirer (dans leur pays d'origine, les bayous de Louisiane, elles permettent la respiration des racines submergées). Ses aiguilles vert clair virent au rouge rouille en automne, puis au brun doré avant de tomber. Ses cônes ronds, résineux sont violacés ;

-le plus grand : le séquoia gigantéa, peut atteindre 100m dans son pays d'origine(Amérique du nord) en Europe, 50m maxi ;

-le plus joli nom : le liquidambar, qui prend à l'automne une teinte rouge éclatante et peut développer un bel épiderme de liège (certaines espèces produisent une sève balsamique appelée copalme ou ambre, utilisée en pharmacopée ou pour parfumer les savons ;

-reste près du bassin à poissons rouges, un cormier, sorbus domestica, le plus vieux de Colmar, avec ses fruits ressemblant à de petites poires ;

-des vieux mûriers, porteurs à partir de juillet, de grosses mûres noires (attention aux taches !) ;

-encore quelques beaux arbustes à signaler pour leur floraison : forsystias et seringats, cognassiers du Japon, pyracanthas et cythises, noisetiers tortueux, arbres de Judée...

 

Mick fait remarquer aussi que les buis du parc sont condamnés par la pyrale, une chenille originaire de Chine qui fait de gros dégâts dans notre  pays (il n'y a pas de prédateur).

 

Toujours à vélo ,nous rejoignons le parc des "amis de la nature", le Natala où les participants se sont retrouvés autour de la table dans une ambiance conviviale.


Une nouvelle fois  Mick a servi de guide en faisant aussi le tour de ce beau parc et fait reconnaître les arbres qui n'avaient (presque) plus de secrets maintenant pour les uns et les autres....


Marylène

 

Quelques précisions sur l'arbre :

 

L'arbre est vivant :

-il libère de l'oxygène ;

-il fixe le carbone et absorbe le gaz carbonique ;

-il pompe de l'eau dans le sol et l'évapore ;

-il participe à l'enrichissement des sols (ses racines peuvent se développer sur 60m²) ;

-il contribue au climat et à la température ;

-il produit bois, fleurs, fruits ;

-il abrite faune, flore ;

-il fixe les poussières de l'air ;

-il protège les cultures contre le vent ou l'excès de soleil.

 

L'arbre participe à la vie des hommes :

-par son symbole : arbre de la liberté

                          arbre de la révolution

-par son histoire : chêne de St Louis

                         tilleul d'Abélard

                         tilleuls de Lautenbach

-il agrémente la vie par ses couleurs

                                ses formes

                                son feuillage

-il apporte sa contribution au paysage,

  c'est un élément de l'architecture urbaine

-il a un rôle sociologique : lieu de rencontre,

                                         de rendez-vous

                                         de jeux

                                         d'ombrage

                                         de lecture et détente

-l'homme l'utilise pour sa production : bois de chauffage

                                                  bois de construction

                                                  papeterie

                                                  artisanat

                                                  industries multiples

 

L'ARBRE est précieux, utile, estimable : "Protégeons-le !"